Dans la nuit de jeudi, les députés ont voté l’amendement visant à interdire le dragage des récifs coralliens. Cet amendement est une première victoire pour Coral Guardian,  qui milite désormais pour l’adoption du texte au Sénat.

 

C’est un premier pas et une belle victoire pour la préservation de la biodiversité française. Dans la nuit du jeudi 17 mars, les députés ont voté un amendement qui porte comme objectif l’interdiction du dragage des récifs coralliens dans les territoires sous souveraineté ou juridiction française.

 

Le dragage des récifs coralliens est une pratique méconnue du grand public mais dont les industriels se servent toujours, notamment à titre de remblais dans les projets de développement côtier.

 

« A l’heure où la France vient de clôturer la COP21, il nous apparaissait nécessaire de mettre en évidence cette pratique qui a lieu sur nos territoires et qui continue de détruire massivement notre patrimoine naturel et sa biodiversité si fragile. La France, en tant que second pays à posséder le plus de récifs coralliens, a une responsabilité majeure dans la protection des récifs coralliens.  » rappelle Guillaume Holzer, cofondateur de Coral Guardian.

 

Grâce à une pétition, Coral Guardian a pu venir à la rencontre des parlementaires et a réussi à déposer un amendement pour faire interdire cette pratique.

 

« C’est une vraie satisfaction de voir que les parlementaires ont voté cet amendement qui a pour objectif de faire interdire le dragage des récifs coralliens. Aujourd’hui et malgré les messages d’urgences répétés par les scientifiques, l’homme continue de détruire, déplacer ou adapter la biodiversité en fonction de ses besoins, ce qui montre que nous avons encore beaucoup de travail afin de faire évoluer les mentalités. »

 

Ce sera désormais aux Sénateurs de confirmer cet amendement dans le projet de loi biodiversité.

Dans la nuit de jeudi, les députés ont voté l’amendement visant à interdire le dragage des récifs coralliens. Cet amendement est une première victoire pour Coral Guardian,  qui milite désormais pour l’adoption du texte au Sénat.

 

C’est un premier pas et une belle victoire pour la préservation de la biodiversité française. Dans la nuit du jeudi 17 mars, les députés ont voté un amendement qui porte comme objectif l’interdiction du dragage des récifs coralliens dans les territoires sous souveraineté ou juridiction française.

 

Le dragage des récifs coralliens est une pratique méconnue du grand public mais dont les industriels se servent toujours, notamment à titre de remblais dans les projets de développement côtier.

 

« A l’heure où la France vient de clôturer la COP21, il nous apparaissait nécessaire de mettre en évidence cette pratique qui a lieu sur nos territoires et qui continue de détruire massivement notre patrimoine naturel et sa biodiversité si fragile. La France, en tant que second pays à posséder le plus de récifs coralliens, a une responsabilité majeure dans la protection des récifs coralliens.  » rappelle Guillaume Holzer, cofondateur de Coral Guardian.

 

Grâce à une pétition, Coral Guardian a pu venir à la rencontre des parlementaires et a réussi à déposer un amendement pour faire interdire cette pratique.

 

« C’est une vraie satisfaction de voir que les parlementaires ont voté cet amendement qui a pour objectif de faire interdire le dragage des récifs coralliens. Aujourd’hui et malgré les messages d’urgences répétés par les scientifiques, l’homme continue de détruire, déplacer ou adapter la biodiversité en fonction de ses besoins, ce qui montre que nous avons encore beaucoup de travail afin de faire évoluer les mentalités. »

 

Ce sera désormais aux Sénateurs de confirmer cet amendement dans le projet de loi biodiversité.