1. Une Protection Côtière

Les récifs n’occupent qu’une infime partie des fonds marins : moins de 0,2 %. Pourtant, ils longent plus de 150 000 kilomètres de côtes dans plus de 100 pays et territoires.

 

De par leur formation massive comprise entre la surface et les quelques premières dizaines de mètres de profondeur, les récifs coralliens forment une barrière absorbant de manière très efficace les éléments venant du large. Ils absorbent l’énergie des vagues et concourent à la réduction de l’érosion des bords côtiers. Ils réduisent les dommages en cas de tempêtes, ouragans et autres cyclones, ainsi que dans une certaine manière, l’énergie des tsunamis. Ce faisant, ils protègent à la fois les écosystèmes se trouvant entre les récifs et les côtes, comme les lagons abritant des herbiers par exemple, et les installations humaines implantées en bord de mer.

 

Leur action est tellement efficace que l’homme l’imite en immergeant des structures en béton le long de certaines de nos côtes fragilisées.

Sans ce rôle protecteur, certains pays situés dans des atolls, comme les Maldives, Kiribati, Tuvalu et les Îles Marshall, sont littéralement bâtis sur les récifs coralliens et n’existeraient plus sans cette frange protectrice. 

2. Un Habitat Animal et Humain

Dans ces labyrinthes de calcaire vivant, les scientifiques estiment que plus d’un million d’espèces animales et végétales y sont associées et qu’ils accueillent plus de 25 % des espèces de toute la vie marine.

 

Les récifs accueillent souvent les juvéniles de poissons qui vivront plus au large.

Ils sont à la base de la formation d’autres écosystèmes. En effet, la pâture des formations coralliennes par les hordes de poissons-perroquets conduit à la formation de très grandes étendues de sable ; celui-ci, par l’action des courants, conduit à la formation de hauts fonds, d’îles et surtout, dans les zones propices, à la formation des mangroves et autres forêts côtières.

 

Les mangroves sont par ailleurs un des écosystèmes les plus recherchés par certaines espèces de poissons pour venir y pondre et pour l’élevage de leurs juvéniles. 

La surface des récifs coralliens dans l’Indo-Pacifique peut également être le lieu d’habitat de certaines cultures humaines qui y vivent depuis des siècles. Ces populations peuvent littéralement habiter la surface immergée des récifs, cultiver ces sols, construire leur habitât à partir des blocs coralliens, voire même construire à partir d’eux des îlots artificiels où des familles peuvent s’installer.

 

Ils représentent à la fois un patrimoine mondial naturel de par l’âge des récifs mais aussi un patrimoine mondial humain du fait de l’existence de ces cultures. Ils sont notre héritage et celui à transmettre aux générations qui nous suivront. 

3. Une Importance Alimentaire

Plus de 275 millions de personnes vivent à moins de 10 kilomètres de côtes et à moins de 30 kilomètres de récifs. Un huitième de la population mondiale, soit environ 850 millions de personnes, vivent à moins de 100 kilomètres de récifs et sont susceptibles de tirer des avantages des services écosystémiques fournis par les récifs.

 

Une large proportion de ces populations humaines vivent dans des pays en voie de développement et dans des nations insulaires et dépendent donc, dans une grande proportion, de la nourriture directement prélevée dans les eaux récifales et des moyens directs et indirects de subsistance qu’ils peuvent en tirer.

 

Les animaux récifaux sont une source importante de protéines, contribuant à environ un quart de la prise de poissons en moyenne dans ces pays. Des récifs « bien gérés » peuvent donner entre 5 et 15 tonnes de poissons, crustacés, mollusques et autres invertébrés par kilomètre carré. 

4. Une Importance Economique

Du fait des revenus directement issus de la pêche dans leurs eaux, les récifs fournissent une ressources et des services d’une valeur de plusieurs milliards de dollars chaque année.

 

Des millions de personnes dans le monde dépendent des récifs pour leur alimentation, leur protection et leur emploi. Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants que les récifs couvrent moins d’un pourcent de la surface terrestre.

 

Selon une estimation, le bénéfice net total annuel des récifs coralliens dans le monde est de 29 ,8 milliards de dollars. Le tourisme et les activités de loisir représentent 9,6 milliards, la protection du littoral 9 milliards, la pêche 5,7 milliards et la biodiversité 5,5 milliards de dollars (Cesar, Burke et Pet-Soede, 2003).

 

Economiquement, la valeur totale des récifs philippins est estimée à 1,1 milliard de dollar par an. 

5. Une Richesse Touristique

Les récifs sont souvent l’élément essentiel dans l’économie des régions tropicales qui les abritent. Ils attirent en effet plongeurs, apnéistes, pécheurs récréatifs et les amateurs de plages de sable blanc. Plus de 100 pays bénéficient du tourisme lié aux récifs et celui-ci contribue à plus de 30% des recettes d’exportation dans plus de 20 pays.

 

Les économies locales bénéficient de milliards de dollars provenant des visiteurs de leurs récifs auprès des entreprises exploitant les écosystèmes récifaux. Par le biais des services touristiques, des milliards de dollars sont collectés.

 

Dans de nombreuses petites îles, plus de 90% du nouveau développement économique est tributaire de ce tourisme côtier. 

 

Le tourisme récifal, si il est géré de manière durable, c’est à dire respectueuse de récifs en limitant les destructions et les pollutions induites par ce même tourisme, surtout en trop grande importance, peut fournir des ressources alternatives ou complémentaires de revenus pour les communautés côtières pauvres dans les pays en développement.

6. Un Avenir Médical

Les récifs coralliens contribuent également aux progrès de la recherche.

 

Etant privés dans une très grande mesure de toute possibilité de mouvements, les coraux ont développé un arsenal d’armes chimiques très efficaces pour se défendre et se faire la guerre dans la conquête de l’espace récifal. Leurs armes sont d’autant plus efficaces que l’espèce de corail concernée possède une aire de répartition étendue et donc un nombre plus grand d’espèces potentiellement ennemies. Beaucoup de ces composés chimiques possèdent des molécules qui recèlent un potentiel dans notre recherche de médicaments.

 

Les organismes récifaux sont utilisés dans le traitement de maladies comme certains cancers dont la leucémie, le VIH, des maladies cardio-vasculaires, les ulcères. De plus, longtemps le squelette corallien, du fait de sa nature très proche de nos os, a servi de matériau pour les greffes osseuses.

Les scientifiques ont, par exemple, synthétisé un agent anticancereux efficace contre des tumeurs, en particulier celles des ovaires, dans des espèces d’ascidies des Caraïbes.

 

Etant donné que seulement une partie infinitésimale des organismes récifaux a été échantillonnée, analysée et testée, le potentiel pour de nouvelles découvertes pharmaceutiques est tout simplement énorme. 

Exemples d’applications médicales

L’Eleutherobine

La société de recherches pharmaceutiques Bristol-Meyers a récemment breveté et mis sur le marché un produit appelé l’eleutherobine extraite du corail Eleutherobia sp. Cette molécule est capable de se lier à des structures protéiques appelées microtubules, indispensables aux processus de division cellulaire. En conséquence de quoi, les cellules cancéreuses, particulièrement sensibles aux agents cytostatiques, voient leur taux de multiplication fortement réduit. Le produit semble fonctionner de manière similaire au Taxol qui bloque la division des cellules cancereuses. Ce médicament révolutionnaire est utilisé dans la prévention de formes du cancer du sein et de l’ovaire. http://www.sio.ucsd.edu/explorations/med_men/

 

 

Sarcophytols A et B

Ces extraits issus de l’octocoralliaire originaire du Pacifique, Sarcophyton glaucum, se sont révélés posséder des caractéristiques elles aussi anti-tumorales. http://www.mic.hawaii.edu/dev_tech/biology/antitumor.html

 

 

Le calcium de corail

Les études démontrent que le calcium issu du corail, pourrait contribuer à lutter contre certaines maladies telles que l’ostéoporose, l’arthrite chronique ou encore l’hypertension,. http://www.1-coral-calcium.com/

 

En plus d’être intrinsèquement une richesse naturelle sans borne et un écosystème essentiel à la vie sur notre planête, les récifs sont en mesure d’assurer notre présent et possiblement notre futur.

 

En plus d’être intrinsèquement une richesse naturelle sans borne et un écosystème essentiel à la vie sur notre planête, les récifs sont en mesure d’assurer notre présent et possiblement notre futur.