Les coraux sont menacés

Près de 90% des récifs coralliens risquent de disparaître d’ici 2050.

Découvrez pourquoi

Pourquoi les coraux sont-ils menacés ?

Les récifs coralliens sont dégradés par une accumulation de menaces résultant des activités humaines. La surpêche, la pollution et le développement côtier sont en tête de liste des facteurs de stress chroniques. D’autres sont dragués ou sablés pour leur calcaire ou pour améliorer l’accès et la sécurité de la navigation.

 

De plus, les changements globaux à long terme (hausse des températures de la mer et du niveau de CO2), les tempêtes, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques affectent également les récifs coralliens.

Le blanchissement des coraux

Suite à un stress causé par divers facteurs, le corail ne reconnaît plus la zooxanthelle comme son symbiote. Alors la symbiose entre les coraux et leurs zooxanthelles s’arrête, entraînant la perte de ces micro-algues et un blanchissement rapide de l’hôte corallien.

Le réchauffement des océans

Le réchauffement des océans est le facteur principal du blanchissement des coraux.

La température de l’eau de surface des océans a augmenté en moyenne de 0,5 °C depuis 1860. Les prévisions du GIEC annoncent une augmentation de la température moyenne de l’air de 1,5 °C d’ici 2030 à 2050. Les eaux de surface des océans se réchaufferont donc encore.

Si les températures de surface des océans continuent d’augmenter, la fréquence et la gravité du blanchissement des coraux va également augmenter, affectant probablement la capacité des récifs coralliens à s’adapter et à fournir la plupart des services que nous leur demandons.

L'acidification des océans

Le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère est absorbé par les océans. Ceci cause la baisse du pH des océans, entraînant l’acidification de ces derniers. Cette diminution du pH a des conséquences négatives, surtout pour les organismes carbonatés océaniques tels que les récifs coralliens. Cela réduit leur faculté à fabriquer leurs squelettes, ce qui les rend donc beaucoup plus vulnérables à l’érosion.

L'élévation du niveau des océans

Selon le GIEC, les observations depuis 1961 montrent que la température moyenne des océans a augmenté, même aux grandes profondeurs, et que l’océan a absorbé plus de 80% de la chaleur ajoutée au système climatique. Ce réchauffement provoque l’élévation du niveau de la mer et crée des problèmes pour les zones côtières.

Le réchauffement des océans L'acidification des océans L'élévation du niveau des océans

Le réchauffement des océans est le facteur principal du blanchissement des coraux.

La température de l’eau de surface des océans a augmenté en moyenne de 0,5 °C depuis 1860. Les prévisions du GIEC annoncent une augmentation de la température moyenne de l’air de 1,5 °C d’ici 2030 à 2050. Les eaux de surface des océans se réchaufferont donc encore.

Si les températures de surface des océans continuent d’augmenter, la fréquence et la gravité du blanchissement des coraux va également augmenter, affectant probablement la capacité des récifs coralliens à s’adapter et à fournir la plupart des services que nous leur demandons.

Le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère est absorbé par les océans. Ceci cause la baisse du pH des océans, entraînant l’acidification de ces derniers. Cette diminution du pH a des conséquences négatives, surtout pour les organismes carbonatés océaniques tels que les récifs coralliens. Cela réduit leur faculté à fabriquer leurs squelettes, ce qui les rend donc beaucoup plus vulnérables à l’érosion.

Selon le GIEC, les observations depuis 1961 montrent que la température moyenne des océans a augmenté, même aux grandes profondeurs, et que l’océan a absorbé plus de 80% de la chaleur ajoutée au système climatique. Ce réchauffement provoque l’élévation du niveau de la mer et crée des problèmes pour les zones côtières.

La surpêche

L’augmentation de la demande en poisson a abouti à la surpêche d’espèces récifales. La surpêche de certaines espèces peut facilement affecter l’équilibre écologique et la biodiversité du récif. Par exemple, la surpêche des poissons herbivores peut conduire à des niveaux élevés de croissance algale asphyxiant le corail présent.

Des méthodes de pêche destructrices

Dans certains pays, la pêche à la dynamite et au cyanure rendent les poissons plus faciles à attraper. Ces pratiques ne permettent pas de cibler une espèce, elles détruisent tout et de façon permanente, là où elles sont appliquées. Endommager les récifs coralliens a des conséquences sur tout l’écosystème récifal, et de ce fait un impact immédiat sur la subsistance des pêcheurs concernés.

Tourisme non durable

Le tourisme génère de grandes quantités de revenus pour les pays d’accueil. Lorsqu’elles ne sont pas réglementées, les pressions du tourisme peuvent causer des dommages sur l’environnement alentour : plongeurs négligents, ancres des bateaux mal placées, hôtels évacuant les eaux usées non traitées (polluant l’eau, créant de la sédimentation, tout en encourageant la croissance des algues qui rivalisent avec les coraux).

La pollution

La pollution par les activités humaines terrestres, lorsqu’elle est transportée par les rivières dans les eaux côtières, peut endommager les récifs coralliens. Un enrichissement en nutriments (eutrophisation) favorise le développement des algues. Les macros algues colonisent les supports utilisés par les larves de coraux. Si ces algues prolifèrent, le récif ne peut pas se régénérer et cette situation est généralement irréversible. Qu’elle soit plastique ou chimique, la pollution a des conséquences sévères sur les écosystèmes marins, qui ont du mal à s’en remettre.

Commerce du vivant pour les aquariums

On estime que près de 20 millions de poissons tropicaux et 12 millions de coraux durs dans le monde sont vendus chaque année, et pour la grande majorité à des particuliers (ONU, 2003). La grande majorité des aquariums marins est fournie en espèces capturées dans la nature, donc sauvages. Les menaces dues à ce commerce comprennent l’utilisation du cyanure pour la collecte, la surexploitation des organismes ciblés et les niveaux élevés de mortalité associés à des pratiques de maintenance et d’expédition sommaires.

Les maladies des coraux

Au cours des 10 dernières années, la fréquence des maladies développées chez les coraux semble avoir augmenté de façon spectaculaire, ce qui contribue à la détérioration des communautés de récifs coralliens dans le monde entier.

Crédit photo : NOAA.

Espèces invasives

Les espèces, comme l’Acanthaster planci, qui, en raison de l’activité humaine, ont été déplacées, intentionnellement ou non, dans des zones où elles ne sont pas naturellement présentes sont appelées « espèces invasives ». Souvent le rôle régulateur des prédateurs et des parasites d’une espèce invasive font défaut. Ces espèces peuvent alors se multiplier rapidement en modifiant radicalement l’écosystème. Les dommages causés par ces espèces peuvent être dévastateurs : altération de la dynamique des écosystèmes, perte de biodiversité, réduction de la résilience des écosystèmes et perte de ressources.