Une COP23 en demi-teinte de bleu

 In Biodiversité, Événements

Cette année, la COP23 était présidée par les îles Fidji à Bonn. Un ambassadeur de choix pour porter la voix de l’océan. Fini donc les logos verts, les Fidji annoncent la couleur : ce sommet sera bleu. Ce pays insulaire, menacé par la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique, a en effet multiplié les plaidoyers en faveur de l’océan afin d’amener la communauté internationale à agir.

 

Une journée complète dédiée aux océans

Le 11 novembre, 70 conférenciers, y compris des chefs d’État, des ministres et des représentants de gouvernements, des associations, des personnes de la société civile, des universités et des organisations du secteur privé ont pris la parole pour témoigner de l’urgence à prendre en compte le rôle de l’océan dans la régulation du climat.

L’océan, qui recouvre 71% de la surface de la Terre, est en effet un des principaux rouages du système climatique. Il fournit près de la moitié de l’oxygène que nous respirons. En 200 ans, il a absorbé environ 30 à 50% du dioxyde de carbone (CO2) produit par les humains, ce qui a entraîné une acidification des océans. Ce changement chimique a affaibli une grande partie des écosystèmes marins. Tout l’enjeu est donc de restaurer et de protéger les écosystèmes capables de stocker du carbone comme les herbiers ou les mangroves, ainsi que de mieux comprendre les autres écosystèmes marins et les services qu’il nous rendent.

Des solutions concrètes et rapides à mettre en œuvre ont été présentées par la communauté océanique et notamment par la plateforme Ocean & Climate. Les leçons apprises des différentes initiatives ainsi que les exemples et les meilleures pratiques ont aussi été partagées dans le but de reproduire les expériences réussies sur une multitude de sujets comme la résilience des écosystèmes, l’implication des communautés côtières, l’énergie, la recherche scientifique, la pêche et l’aquaculture, le carbone bleu ou la gestion des risques.

 

Signature de la déclaration « Because the Ocean » par 4 nouveaux pays

La Journée d’action pour les océans a également vu la déclaration «Because the Ocean » signée par 4 nouveaux pays : le Royaume-Uni, la Finlande, le Honduras et la Roumanie. Ces pays ont rejoint les 28 autres pays qui l’avaient signée lors des COP21 et COP22, soutenant ainsi l’inclusion des océans dans les Contributions Prévues Déterminées au niveau National (participation de chaque pays déterminé selon ses capacités lors de l’Accord de Paris pour lutter contre le changement climatique). En claire, elle engage les Etats à participer davantage aux actions de la société civile pour gérer de façon plus durable l’océan.

 

Lancement du partenariat « Ocean Pathway »

Le 16 novembre, les Fidji, pays hôte de la COP23, ont lancé le partenariat « Ocean Pathway ». C’est le premier accord international sur le climat à reconnaître le rôle essentiel de l’océan en tant que principal régulateur du climat. Il officialise ce qui a été défendu tout au long de cette COP23, dans l’espoir de consolider le travail existant pour créer un effort coordonné entre les gouvernements, les alliances et coalitions océaniques existantes, la société civile et le secteur privé. Le partenariat sera coprésidé par les Fidji et la Suède, qui se réuniront de nouveau après avoir dirigé la première Conférence des Nations Unies sur les océans en juillet.

 

COP23

 

Des interventions marquées

“Si on sauve les oceans, on sauve le climat” Thecla Keizer, membre du laboratoire de biologie Marine de Plymouth

« L’océan est au fondement même de nos existences, tout le monde doit s’impliquer dans sa protection » Peter Thomson, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’océan,

“L’océan, c’est nous” Hilda C.Heine, Président de la République des Îles Marshall

“L’océan n’est pas notre dernière chance, mais notre meilleure chance” Patricia Ricard, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard

 

Sur ces belles paroles, et malgré des conclusions un peu floues pour un novice en pourparlers officiels (il faut s’y connaitre en acronymes du genre CCNUCC , CPDN, etc.), une chose est sûre : le rôle de l’océan dans la régulation du climat a enfin été officiellement reconnu. Il y a aussi eu une réelle prise de conscience de la part de la communauté internationale grâce à cette COP23, et c’est déjà un progrès en soi. Maintenant, reste à voir ce qui sera fait concrètement par les pays engagés, quels budgets seront débloqués, et dans quels délais. Car rappelons-le, le temps presse.

 

Pour plus d’infos sur les réalisations clés de la COP23, on vous laisse vous renseigner par vous-mêmes : https://cop23.com.fj/key-achievements-cop23/

Et pour connaitre les grandes orientations en faveur de la mer annoncées par la France jeudi dernier au Havre lors des Assises de l’économie de la mer, c’est par ici : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/nicolas-hulot-et-elisabeth-borne-donnent-cap-dune-transition-ecologique-et-solidaire-mer

Recommended Posts
Comments
  • Pèlerins

    Il convient urgemment de stopper la pêche industrielle et aussi de diminuer notre consommation de poissons.
    7 milliards de pillards la planète n en peut plus et les animaux disparaissent.

IMPAC4