La gestion socio-écologique des récifs coralliens : relier la pratique à la recherche

 In Biologie Marine, Conservation, Coral reefs

 

Pourquoi le suivi des projets de conservation est-il important ?

Les projets de conservation et de restauration sont généralement nés et guidés par des objectifs fixés dès les premiers stades, qui peuvent prendre en compte les dimensions biologiques, sociales, économiques ou de gouvernance d’un territoire. Afin de savoir dans quelle mesure les objectifs sont atteints tout au long du développement du projet, le suivi est généralement inclus dans les phases de planification (WCS, 2002).

En fait, le suivi consiste à recueillir régulièrement des informations pertinentes sur le contexte du projet (c’est-à-dire plusieurs fois, pas une seule fois). Il est ainsi possible de reconnaître dans quelle mesure le projet atteint ses objectifs et quelles actions de gestion sont pertinentes et lesquelles ne le sont pas, alignant ainsi les mesures sur les objectifs du projet. Il facilite également la communication avec les différentes parties prenantes du projet et empêche que des ressources (principalement économique et humaine) soient investies dans de mauvais efforts (Stephenson, 2019). Néanmoins, le suivi est souvent reconnu comme un défi pour plusieurs raisons : notamment le fait qu’il doit être maintenu pendant de longues périodes pour qu’il soit utile, avec une sélection des paramètres les plus pertinents.

 

Que sont les systèmes socio-écologiques et quel est leur lien avec les récifs coralliens ?

En 1998, Fikret Berkes et Carl Folke ont proposé la structure des systèmes socio-écologiques (SSE) pour décrire comment les humains et les écosystèmes sont étroitement liés, ensuite été enrichi par Elinor Ostrom en 2009. Depuis, il a été utilisé pour décrire les interactions et les dépendances entre les deux sous-systèmes du monde entier. Ce modèle soutient qu’il est inutile de séparer les écosystèmes des humains lors de l’examen de leur étude ou de leur gestion, car les changements dans l’un affecteront nécessairement l’autre, qu’il soit positif ou négatif (figure 1 ; Stockholm Resilience Centre, 2019).

Figure 1 : Explication schématique des systèmes socio-écologiques avec les liens entre le système humain et l’écosystème. Source : SARAS (2019).

 

Par exemple, les récifs coralliens fournissent un grand nombre de biens et services à des millions de personnes à travers le monde : pêche, développement touristique, protection du littoral, entre autres. Parallèlement, les activités et les pratiques humaines ont un effet sur l’état et la santé des récifs coralliens à l’échelle locale et mondiale (Hughes et al, 2017).

C’est le cas de la dégradation des coraux due aux techniques de pêche destructrices, et du blanchissement des coraux dû aux températures plus élevées avec l’augmentation de la quantité de CO2 dans l’atmosphère. C’est le cas également du rétablissement des récifs coralliens grâce aux pratiques de restauration et de conservation.

 

Malgré la pertinence du modèle SSE pour les activités de surveillance, il a été plus couramment utilisé dans la recherche et appliqué de façon plutôt timide dans les pratiques du monde réel (Virapongse et al, 2016). Pourquoi ? Premièrement, en raison de la complexité du SSE, car il considère souvent des variables dérivées de différentes disciplines pour décrire les contextes. Cela peut rendre difficile pour les gestionnaires de choisir les bons paramètres et de les appliquer. En outre, cela démontre une mauvaise compréhension des ressources des porteurs de projet (comme le temps ou l’expertise). Cependant, malgré cette difficulté, l’exclusion du cadre SSE dans le suivi peut réduire la compréhension des résultats sociaux et écologiques du projet et comment ils ont été atteints (Gurney et al, 2019).

 

Apporter un cadre socio-écologique au suivi de la gestion des récifs coralliens

Compte tenu de cette difficulté de dialogue entre les outils développés par les institutions de recherche et les besoins pratiques sur le terrain, Georgina G. Gurney et les collaborateurs de différentes institutions ont entamé un processus en 2014 où les praticiens et les chercheurs ont conjointement construit et mis en œuvre un cadre basé sur le modèle SSE pour suivre les résultats de la gestion des récifs coralliens dans quatre pays : Fidji, Indonésie, Kenya et Madagascar.

Le processus a duré trois ans et son aperçu a été publié en 2019. Au cours de cette période, des ateliers régionaux entre les différents acteurs ont abouti à la définition d’objectifs de suivi, à une sélection d’indicateurs clés à suivre et à des retours d’expérience sur le terrain. L’un des défis était la sélection des indicateurs : en effet, ils devaient être capables de représenter les réalités locales tout en étant applicables à différents pays.

Le cadre de suivi du SSE résultant comprenait 90 indicateurs sociaux et écologiques regroupés en catégories générales (figure 2), et ont été appliqués dans 85 communautés dans les 4 pays. Il a contribué à intégrer la perspective des SSE dans les pratiques de gestion, donnant aux praticiens la possibilité de prendre en compte les retours d’informations entre les différentes catégories et de produire des informations quantitatives sur leurs performances.

Un aspect clé pour assurer le succès de la mise en œuvre était le fait que l’équipe des gestionnaires a participé au processus de construction, et les informations recueillies ont été jugées pertinentes, légitimes et donc utiles. De plus, la formation de l’équipe du praticien était une étape clé dans la réussite de cette implémentation, et elle a été abordée à travers des directives traduites dans différentes langues.

Figure 2 : Perspectives générales du cadre du système socio-écologique, basées sur le schéma d’Ostrom (2007, 2009). Pour chaque catégorie, il existe des exemples d’indicateurs utilisés. Source : Gurney et al (2019).

 

En conclusion, l’expérience de Gurney et de ses collaborateurs montre comment les connaissances des chercheurs et des gestionnaires de terrain peuvent se compléter pour mieux gérer les récifs coralliens et suivre les interventions. Tout au long de ce processus, et malgré les différences contextuelles, l’implication des communautés locales apparaît comme un pilier pour atteindre les objectifs socio-écologiques, en mettant de côté l’approche à sens unique couramment utilisée dans la gestion des ressources naturelles.

 

Recent Posts
Showing 4 comments
  • Avatar
    Justin

    Hello! This is my first visit to your blog!
    We are a group of volunteers and starting a new initiative in a community in the same
    niche. Your blog provided us beneficial information to work on. You have done
    a marvellous job!

    P.S. If you have a minute, would love your feedback on my new
    website re-design. You can find it by searching
    for « royal cbd » – no sweat if you can’t.

    Keep up the good work!

  • Avatar
    Alex

    You are so interesting! I do not think I’ve truly read through
    anything like this before. So wonderful to discover someone
    with some unique thoughts on this subject. Seriously..
    thank you for starting this up. This web site is something that is needed on the internet, someone with a bit of originality!

  • Avatar
    Anthony

    Bonjour,
    Très intéressant. Est-il possible d’avoir le détail des références?
    Merci d’avance,
    Anthony