Les filtres UV contenus dans les crèmes solaires: l’émergence d’une nouvelle menace pour les coraux ?

 In Biodiversité, Biologie Marine

Les crèmes solaires

Les activités humaines sont directement et indirectement impliquées dans le déclin des coraux à l’échelle globale, régionale et locale (Hughes et al., 2018). Les facteurs de ce déclin incluent le changement climatique, la surpêche et la pollution. 

Concernant les polluants chimiques, la communauté scientifique s’intéresse de plus en plus à l’effet des produits cosmétiques, notamment dans les zones à forte densité de population et d’activités touristiques. Parmis ces produits, les composants des crèmes solaires suscitent l’intérêt quant à leurs effets sur la vie marine. En effet, il a été estimé que 25% des composants de crème solaire appliqués sur la peau se retrouvent libérés dans l’eau au bout de 20 min de submersion (Danovaro, 2008). 

Les crèmes solaires sont composées d’un mélange de filtres UV organiques ou minéraux, en proportion différente selon les produits. Le pourcentage maximum autorisé de chaque composé diffère selon les pays. Ils protègent des coups de soleil, du vieillissement prématuré de la peau, et protège du cancer de la peau en absorbant les UVA, UVB et UVC de la lumière du soleil. 

L’effet de ces filtres UV sur l’environnement aquatique a été étudié mais seulement quelques études ont été faites sur les coraux. Il s’agit de tests effectués en laboratoire, où des coraux sont exposés à différents filtres UV à différentes concentrations. Les chercheurs observent ainsi les effets et réactions par rapport à des tests de coraux témoins.

 

Effets négatifs de certains filtres

Il a été montré que certains filtres UV ont des effets négatifs sur les coraux.

L’étude de Danovaro et al. (2008) a mis en évidence des concentrations auxquelles certains filtres UV organiques, comme l’oxybenzone aussi appelé BP-3, induisent un blanchissement des coraux et une mortalité causée par infection virale. L’étude de Downs et al. (2016) a également démontré la toxicité de ce composé sur les cellules coralliennes et les planula des coraux. 

L’effet des filtres UV minéraux, comme l’oxyde de zinc (ZnO) a également été étudié. Les études de Corinaldesi et al. (2018) et Fel et al. (2019), indiquent une accumulation du composant dans les tissus coralliens, une altération de la symbiose zooxanthelles-coraux induisant un blanchissement rapide ainsi qu’un enrichissement microbien autour des coraux.

En 2019, une étude menée par Mitchelmore et al., a eu pour but de mesurer différentes concentrations de 13 filtres UV, dont l’octinoxate (l’EHMC) et le BP-3, aux alentours des coraux, dans les sédiments, et les tissus coralliens, dans une multitude de sites fréquentés par la population sur l’île d’Oahu à Hawaï. 

Plusieurs filtres UV étaient présents dans l’eau, les sédiments et les tissus coralliens dans tous les sites testés. La majorité indique une variation spatio-temporelle. Les résultats indiquent également que les concentrations mesurées de BP-3, sur tous les sites testés, sont en dessous des seuils d’impact négatif de ce composé testé sur des coraux en laboratoire. Concernant l’EHMC, les concentrations détectées étaient également au dessous du seuil de préoccupation.

 

Recherche et mesures gouvernementales

L’impact des filtres UV sur les coraux est un champ de recherche très récent. Beaucoup d’autres études sont nécessaires afin de caractériser les concentrations de ces composants autour des récifs coralliens. Cela permettrait de procéder, en laboratoire, à des analyses d’impacts des filtres UV plus pertinentes concernant l’évaluation des risques environnementaux.

Malgré les informations contradictoires concernant les filtres solaires, certains gouvernements prennent les devants et adoptent des mesures en faveur des milieux marins. En 2018, l’état de Hawaï a interdit la vente et distribution des crèmes solaires contenant de l’octinoxate (EHMC) et du BP-3 sur son territoire à partir de 2021 (Hawaï, 2018).

 

Pour en savoir plus:

Mitchelmore, C. L. et al. Occurrence and distribution of UV-filters and other anthropogenic contaminants in coastal surface water, sediment, and coral tissue from Hawaii. Sci. Total Environ. 670, 398–410 (2019).

Recommended Posts