2050 : le défi de reconstruction de la vie marine

 In Biodiversité, Biologie Marine, Conservation, Coral reefs

Un petit pas pour l’Homme, un grand pas pour l’océan et ses habitants

Nous sommes à un moment clef où nous pouvons choisir l’héritage des générations à venir : un océan irréversiblement perturbé ou un océan résilient et dynamique. Les politiques visant à réduire les pressions environnementales et à rétablir la vie marine ont été introduites après les années 1970, et ce n’est que maintenant que les avantages deviennent visibles à grande échelle. En effet, ces dernières années, une augmentation des initiatives en faveur de la restauration océanique a été observé telles qu’une meilleur gestion des pêcheries mais aussi la protection des habitats de reproduction d’espèces marines. Ces résolutions ont eu plusieurs impacts positifs. Par exemple si l’on regarde la Liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), la proportion d’espèces marines considérées comme menacées d’extinction mondiale est passée de 18% en 2000 à 11,4% en 2019. Aussi, il existe des AMP (aires marines protégées) qui représentent 7,4% de l’océan à ce jour mais dont la croissance est en voie d’atteindre les objectifs de 10% de la zone océanique protégée en 2020, 30% d’ici 2037 et 50% d’ici 2044.

Un article scientifique publié en avril 2020 a fait beaucoup parler de lui car il conclut qu’une reconstruction significative de la vie marine d’ici 2050, soit en 30 ans, est possible. Selon l’article, ce défi serait réalisable si les actions pour réduire les pressions sur l’environnement – comme le changement climatique – étaient déployées à grande échelle. Il faudrait aussi veiller à préserver les habitats et tenter de rétablir les populations et les écosystèmes.

Cependant, l’article insiste sur le fait que les efforts pour reconstruire la vie marine ne peuvent viser à rétablir l’océan tel qu’il était dans le passé, il faut donc aller de l’avant à la recherche de nouveaux modèles.

Les actions clefs varient selon les espèces et écosystèmes : pour les coraux c’est plutôt l’atténuation du changement climatique et de la pollution qui sont critiques tandis que la gestion des pêches et des habitats permettra le rétablissement des vertébrés marins et des habitats naturels d’eau profonde.

Figure 1 : Distribution des projets de restauration des écosystèmes pour les récifs coralliens et les huîtres (Source : Duarte et al., 2020)

Figure 2 : Projets de restauration menés au cours du temps (Source : Duarte et al., 2020).

 

On peut constater grâce aux Figures 1 & 2 la multiplication des initiatives de restauration à un niveau mondial qui prouvent une envie d’agir. Même si cela a lieu à petite échelle, plus on en parlera et plus ces initiatives positives se multiplieront et plus elles auront un impact global sur les océans.

 

Les récifs coralliens 

Parmi toutes les espèces marines citées dans l’article de Duarte, la réhabilitation des coraux comporte le risque d’échec le plus élevé. En effet, les pressions telles que la surpêche et la pollution ont entraîné leur déclin et cela est maintenant aggravé par les épisodes de blanchissement liés au réchauffement climatique, l’acidification des océans et l’augmentation des activités cycloniques. 

Le rétablissement des coraux, dont des dizaines d’hectares ont été reconstruits jusqu’à présent, varie entre quelques millimètres et quelques centimètres par mois en fonction de l’espèce. La restauration corallienne peut donc prendre beaucoup de temps en fonction des régions ciblées. Les plus grandes problématiques rencontrées lors de la mise en place des programmes de restauration corallienne, sont entre autres, l’arrêt et la gravité des perturbateurs écosystémiques. Ceci explique donc le facteur de risque élevé pour ce type de projets. Pour avoir un ordre d’idée, pour des perturbations liées aux chalutiers ou aux hydrocarbures, les temps de récupération peuvent varier de 30 ans à plus d’un siècle. 

Néanmoins, il a été observé que le blanchissement des coraux se produit maintenant à des températures plus chaudes qu’avant (environ 0,5°C de plus). Cela suggère que les coraux restants se sont adaptés et sont moins vulnérables à la température. Une autre bonne nouvelle pour les coraux, ce sont les connaissances qui augmentent sur le fonctionnement de leur écosystème ainsi que les nombreuses technologies émergentes de cette dernière décennie qui visent à les restaurer.

La réduction de la pollution et du changement climatique, l’amélioration de la qualité de l’eau ainsi que la mise en place d’espaces protégés sont les actions clefs pour favoriser la restauration des coraux. Il est aussi important de sensibiliser les populations au fait que des récifs coralliens en bonne santé sont synonymes d’une présence importante de biodiversité, et qu’ils protègent également contre la montée du niveau de la mer et des tempêtes. 

 

2050, un défi réalisable ? 

Le temps nécessaire pour reconstruire la vie marine dépend des problèmes passés, souvent importants. Habituellement, les taux maximaux de récupération de populations marines varient de 2 à 10 % par an. Duarte et son équipe émettent l’hypothèse que pour récupérer 50 à 90% des nombreux éléments de la vie marine, il faudrait 30 ans. Ils reconnaissent que certaines espèces à croissance plus lente et dont les habitats sont gravement touchés peuvent prendre plus de temps, comme les récifs coralliens. Cette récupération de 50 à 90% exige également que les pressions majeures, comme le changement climatique, soient atténuées prochainement. Un soutien financier est également requis, dont le coût est estimé à minima de 10 à 20 milliards de dollars par an afin d’étendre les mesures de protection et de soutenir la restauration marine. Ainsi, si et seulement si toutes ces conditions sont réunies, on peut envisager une considérable reprise de la vie marine au XXIe siècle. 

 

Mais d’ici là…

Le non-respect des engagements à réduire les pressions environnementales par les gouvernements pourrait affecter l’objectif fixé à 2050, et représente une vraie menace pour l’avenir des océans. Malgré tous les défis persistants, tels que les déchets et polluants, ou encore les événements naturels ou sociaux inattendus, les initiatives positives doivent s’intensifier. L’accent devra être mis sur la préservation et la restauration des espèces clés ainsi que sur celle des écosystèmes et de leurs fonctions. L’amélioration de la gestion des océans est le 14ième des 17 objectifs du développement durable de l’ONU et est partagé par les politiques dans de nombreux pays. Cependant, il ne faut pas oublier que ce défi reste réalisable seulement grâce à un effort collectif afin de changer profondément nos habitudes pour que la nature reprenne ses droits.

Cet article est basée sur l’étude suivante, pour en savoir plus : Duarte et al. Rebuilding marine life. Nature 580, 39–51 (2020). https://doi.org/10.1038/s41586-020-2146-7

Recent Posts