Le plastique : un défi majeur de notre siècle

 In Uncategorized

Les menaces pesant sur nos écosystèmes sont nombreuses et l’état de santé dévasté des coraux représente l’une des tristes conséquences de ce problème à grande échelle. Parmi elles, la pollution par le plastique de nos terres et océans est considérée comme l’un des défis majeurs de notre siècle. Ce sujet aux conséquences pourtant peu détaillées soulève beaucoup de débats et mène parfois une confusion générale. La surinformation nuit alors à notre compréhension des enjeux auxquels nous faisons face.

Des emballages aux textiles, en passant par nos meubles, nos objets électroniques, et autres jouets, ou encore en faible quantité dans nos produits cosmétiques ou bien notre nourriture, le plastique est présent dans la plupart de nos produits du quotidien. Du fait de leur ténacité et surproduction, et faute de moyen pour les recycler, il s’accumule de façon massive dans la nature.

Dans l’étude menée en 2014 par Lucy C. Woodall et al., et parue dans le journal Royal Society Open Science, il apparaît nettement que les microplastiques s’immiscent massivement dans notre environnement jusqu’aux profondeurs de nos océans, pouvant constituer jusqu’à 70% des déchets marins dans certaines régions (figure 1). Ces débris fibreux nappent les eaux en surface puis sédimentent dans les abysses. Ne pouvant les distinguer de leur nourriture, les coraux les ingurgitent et constituent l’un des premiers maillons de la chaîne alimentaire polluée par le plastique.

 

 

 

 

 

 

Figure 1. Quantité et répartition par type de microplastique sur 12 échantillons de sédiment prélevé en Atlantique-Nord, mer Méditerranée et Océan Indien.

 

 

La récente publication de Randi D. Rotjan et son équipe identifie les schémas d’ingestion du plastique par Astrangia poculata et les conséquences de son accumulation dans l’organisme. Leurs résultats montrent que tous les polypes ingèrent du plastique de tous types, majoritairement sous forme de fibres ou sous forme de microbilles (figure 2), qu’ils confondent avec des œufs de crevettes de saumure du fait de leur taille similaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 2. Concentration et type de microplastique par polype collecté sur A.poculata.

 

 

Apportant des éléments concrets quant à l’étendue et aux conséquences de l’ingestion du plastique par les coraux, ces observations ont beaucoup fait parler d’elles menant parfois à une mauvaise retransmission des faits. En effet, de nombreux articles répandent l’idée (à travers leur titre notamment) que les coraux seraient davantage intéressés par le plastique que par leur nourriture habituelle. Or, leur absorption se fait par le biais de chimiorécepteurs activés de la même façon que le ferait l’ingestion de plancton. Il n’y aurait donc aucune “préférence”, comme le suggèrent certains titres ravageurs, mais un trouble dans la distinction des différents éléments.

Ce genre d’exagération peut sembler anodin mais il conduit malheureusement à fausser l’inconscient collectif. Les risques associés à l’ingestion du plastique par les coraux mais également par les autres espèces marines sont conséquents. Toujours dans l’article de R. D. Rotjan, il est clairement énoncé que les effets varient d’une espèce à l’autre. Ils peuvent être létaux, allant de la nécrose des tissus dans lesquels s’accumulent les résidus plastiques à la diminution des défenses immunitaires en passant par un stress pouvant causer le blanchissement des coraux menant ainsi à leur mort.

Les menaces pesant sur les coraux sont multiples et ne sont pas sans conséquences. En dégradant nos environnements, le plastique s’attaque aussi à nos organismes. Ces conclusions nous poussent donc à remettre en perspective l’ensemble de nos habitudes avant de commettre l’irréparable.

 

Bibliographie :

Woodall LC et al. 2014 The deep sea is a major sink for microplastic debris. R. Soc. open sci. 1: 140317.
http://dx.doi.org/10.1098/rsos.140317

Allen, A.S., Marine Pollution Bulletin (2017), http://dx.doi.org/10.1016/j.marpolbul.2017.07.030

 

Crédits photo :

Julien Holleville

Recent Posts

Leave a Comment