Crèmes solaires

Globalement, qu’en est-il des filtres UV et de leur impact sur les coraux ?

Publié par Florina Jacob | Publié le 31 mars 2021

Dans le monde entier, les récifs coralliens sont confrontés à une dégradation due aux pressions mondiales et locales exercées par l’homme, notamment le changement climatique, le développement côtier et la pollution. Dans les zones de ruissellement fluvial ou de forte affluence touristique, on s’inquiète de plus en plus de l’effet que certains ingrédients des crèmes solaires pourraient avoir sur les coraux [1].

Chaque année dans le monde, au moins 70 millions de voyages sont effectués pour visiter ces écosystèmes [2]. Même si le tourisme lié aux coraux représente un puissant outil de sensibilisation, il a également été lié à la présence de filtres UV dans l’eau et les sédiments, exposant les coraux à la pollution chimique [1,3,4]. La recherche sur les effets des filtres UV sur les coraux est assez récente (florissante il y a 20 ans) et a provoqué une polémique dans les communautés scientifiques et cosmétiques ainsi qu’auprès du grand public. Après une revue de la littérature scientifique présentée dans trois articles de divulgation, nous rassemblons ici certains des principaux résultats ainsi que la position de Coral Guardian sur le sujet.

 

Synthèse des effets 

Lorsqu’ils sont inclus dans des écrans solaires, les filtres UV protègent la peau en absorbant ou en réfléchissant les rayons UV, atténuant ainsi les risques de maladies liées à l’exposition aux rayons solaires. On trouve deux grands types de filtres UV dans les produits de protection solaire : les filtres organiques (ou chimiques) et inorganiques (ou minéraux). Les filtres organiques comprennent l’oxybenzone (BP-3), l’octocrylène (OC), l’octinoxate ou l’éthylhexyl méthoxycinnamate (EHMC), entre autres. Ils agissent principalement en absorbant les rayons UV. D’autre part, les filtres inorganiques comprennent principalement l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane, qui agissent surtout en diffusant et en absorbant les rayons UV. 

Lorsqu’ils sont libérés dans l’eau par la peau des baigneurs, les filtres UV peuvent interagir avec le biote marin à travers l’eau ou les sédiments. L’étude de la toxicité de ces ingrédients pour les coraux s’est développée ces dernières années car, en tant qu’organismes bâtisseurs d’écosystèmes, si un effet se produit sur eux, c’est tout l’écosystème qui est concerné. 

La toxicité des filtres UV est normalement étudiée à travers des expériences en laboratoire, en comparant les indicateurs biologiques des coraux exposés à différentes concentrations (par exemple, le blanchissement évalué par le changement de couleur du corail ou la concentration de dinoflagellés). Ces études sont réalisées à court terme, avec une exposition aux filtres UV ne dépassant pas quelques semaines. Cela laisse la question ouverte quant à l’effet à long terme sur les coraux. Selon nos connaissances, les études ont été réalisées en utilisant uniquement des espèces de coraux d’eaux tropicales peu profondes, laissant les espèces de coraux d’eau froide hors de la discussion. 

Cela dit, les recherches ont montré que certains filtres UV ont un impact négatif sur certains coraux, tant au stade adulte qu’au stade larvaire (planulae). Mais jusqu’à présent, les effets des filtres organiques sont plus étudiés que ceux des filtres inorganiques. 

Par exemple, en ce qui concerne les filtres organiques, les coraux adultes exposés à l’oxybenzone ont souffert de blanchissement, d’infection virale et d’accélération de la mort [4,5]. Ce même filtre a montré avoir un impact dans les larves en surstimulant la formation du squelette, entraînant un encastrement des planulae dans leur propre squelette [3]. Certains de ces impacts étaient accélérés lorsqu’ils étaient combinés à d’autres facteurs comme le stress thermique [4], ce qui suggère un champ de recherche intéressant sur les synergies entre les filtres UV et d’autres pressions. 

Même si elle est moins connue, l’exposition à d’autres types de filtres organiques comme le méthoxycinnamate d’éthylhexyle, ou l’octinoxate (EHMC) ou d’autres benzophénones (BP) peut également entraîner un blanchissement des coraux, une mortalité et un impact sur la colonisation des larves [6,7]. 

 

D’autre part, concernant les filtres inorganiques, les principaux ingrédients sont l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane, qui peuvent être utilisés ou non sous forme de nanoparticules (inférieures à 100 nm). L’utilisation de nanoparticules dans les formulations est faite pour limiter la trace blanche laissée sur la peau. Ces filtres sont souvent perçus comme moins toxiques que les filtres organiques. Cependant, des recherches ont montré que l’exposition aux nanoparticules d’oxyde de zinc a produit un blanchissement des coraux et un enrichissement microbien autour des coraux [8]. L’exposition au dioxyde de titane a généré une perte des microalgues symbiotiques des coraux même à de faibles concentrations, ainsi qu’une bioaccumulation [8,9].

 

De la recherche à la pratique… Que faire ?

Comment ces résultats de laboratoire sont-ils liés à la réalité du terrain ? Il existe une grande variation spatio-temporelle dans les concentrations de filtres UV mesurées dans les environnements des récifs coralliens. Dans certaines zones, les quantités de ces ingrédients dans l’eau et les sédiments sont bien inférieures à celles testées en laboratoire (voir [1]). Mais dans d’autres, les concentrations atteignent celles qui ont été jugées toxiques dans les expériences [4,3]. Il est donc nécessaire de limiter l’entrée des filtres UV dans les environnements marins. 

La masse croissante de recherches scientifiques décrivant les effets des filtres UV sur la santé humaine et environnementale, combinée à la sensibilisation du public, a exercé une pression importante sur le secteur cosmétique pour qu’il crée des produits ayant peu ou pas d’effet sur l’environnement. En fait, une partie de la polémique concernant la recherche sur le sujet est due au fait que certaines études sont menées par des acteurs ayant un conflit d’intérêt, financées directement par les entités ayant un intérêt économique à évaluer le faible impact des produits. 

En conséquence de cette pression, de plus en plus de crèmes solaires sur le marché sont étiquetées comme « reef friendly » (ou « respectueuses des récifs »), souvent lié à l’absence de certains filtres UV comme l’oxybenzone, l’octinoxate ou l’octocrylène. Cependant, comme nous l’avons déjà mentionné, ces filtres UV ne sont pas les seuls à avoir des effets négatifs sur les coraux. Il est donc difficile d’évaluer l’absence d’impact sur les coraux (et encore plus sur les récifs) en se basant uniquement sur leur présence. D’autant plus que l’on ne sait pas encore grand-chose de la toxicité dérivée de l’interaction entre les filtres UV et les autres ingrédients des produits dans le biote marin [10].

Par conséquent, ces labels ne doivent être considérés par les consommateurs que comme une indication de l’intérêt que l’entreprise peut avoir à sélectionner des ingrédients ayant un faible impact sur les environnements marins. Cependant, il ne s’agit pas d’un certificat d’absence d’impact des produits sur les récifs. Au vu des preuves, il est plutôt difficile de créer une crème solaire sans impact, avec un effet nul sur l’environnement marin. 

La question des crèmes solaires est un débat entre la santé publique et la santé de l’écosystème, et ce qu’il faut privilégier. D’une part, l’utilisation de crèmes solaires est l’une des principales stratégies pour protéger les humains contre le cancer de la peau et d’autres problèmes de santé liés à l’exposition au soleil. D’autre part, leur interaction avec la biodiversité a un impact négatif sur sa résilience à d’autres pressions. Chez Coral Guardian, nous reconnaissons qu’il s’agit d’un sujet plutôt complexe, et nous n’avons pas l’intention de le simplifier. Cependant, nous pensons que les efforts visant à minimiser les effets négatifs des écrans solaires doivent être soutenus. Ceux-ci, tant qu’ils sont basés sur des connaissances scientifiques, et lorsqu’ils vont au-delà d’une stratégie commerciale. 

 

Pour conclure, nous présentons ici quelques recommandations générales à garder à l’esprit pour limiter l’impact négatif des écrans solaires sur les récifs coralliens et la biodiversité marine lors de la visite de zones de récifs coralliens :

  1. Dans la mesure du possible, évitez l’exposition solaire directe, en particulier pendant les heures de midi. 
  2. Privilégier les expositions solaires de courte durée, et protéger la peau à l’aide de vêtements et de chapeaux. 
  3. Lors du choix de vos écrans solaires, éviter les produits qui contiennent des filtres organiques et des filtres inorganiques comme les nanoparticules. 
  4. Une fois la crème solaire appliquée sur la peau, il est important d’attendre assez longtemps avant d’aller dans l’eau, afin que la crème puisse sécher sur la peau. Cela permettra de contrôler la quantité de produit libérée dans l’eau.
  5. Restez informés des réglementations/recommandations concernant l’utilisation des produits de protection solaire dans la région que vous visitez ou dans laquelle vous vivez.

 

Pour en savoir plus, visitez : 

Notre série d’articles à ce sujet.

[1] Wood, E. (2018) Impacts of sunscreens on coral reefs. ICRI Briefing. Online resource: https://www.icriforum.org/documents/impacts-of-sunscreens-on-coral-reefs/ 

[2] Spalding M., Burke L., Spencer A. Wood, Ashpole J., Hutchison J., Ermgassen P.z. (2017) Mapping the global value and distribution of coral reef tourism. Marine Policy (82), pp. 104-113, https://doi.org/10.1016/j.marpol.2017.05.014

[3] Downs C.A. (2016). Toxicopathological Effects of the Sunscreen UV Filter, Oxybenzone (Benzophenone-3), on Coral Planulae and Cultured Primary Cells and Its Environmental Contamination in Hawaii and the U.S. Virgin Islands. Arch Environ Contam Toxicol 70 (2), pp. 265–288. DOI: 10.1007/s00244-015-0227-7

[4] Wijgerde T. et al, (2019). Adding insult to injury: Effects of chronic oxybenzone exposure and elevated temperature on two reef-building corals. Science of The Total Environment 773, 139030. DOI: https://doi.org/10.1101/2019.12.19.882332

[5] Danovaro R., Bongiorni L., Corinaldesi C., Giovannelli D., Damiani E., Astolfi P., et al (2008) Sunscreens cause coral bleaching by promoting viral infections. Environ Health Perspect, 116, pp. 441-447

[6] He, T., Tsui, M.M.P., Tan, C.J., Ng, K.Y., Guo, F.W., Wang, L.H., Chen, T.H., Fan, T.Y., Lam, P.K.S., Murphy, M.B. (2019a) Comparative toxicities of four benzophenone ultraviolet filters to two life stages of two coral species. Sci Total Environ, 651 (Pt 2), pp. 2391-2399, 10.1016/j.scitotenv.2018.10.148

[7] He, T., Tsui, M.M.P., Tan, C.J., Ma, C.Y., Yiu, S.K.F., Wang, L.H., Chen, T.H., Fan, T.Y.,  Lam, P.K.S., Murphy, M.B. (2019) Toxicological effects of two organic ultraviolet filters and a related commercial sunscreen product in adult corals. Environ Pollut, 245, pp. 462-471, 10.1016/j.envpol.2018.11.029

[8] Corinaldesi C., Marcellini F., Nepote E., Damiani E., Danovaro R. (2018) Impact of inorganic UV filters contained in sunscreen products on tropical stony corals (Acropora spp.) Sci Total Environ, 637–638 , pp. 1279-1285, 10.1016/j.scitotenv.2018.05.108

[9] Jovanovic B., Guzman H.M.(2014) Effects of titanium dioxide (TiO2) nanoparticles on caribbean reef-building coral (Montastraea faveolata) Environ Toxicol Chem, 33 (6) (2014), pp. 1346-1353, 10.1002/etc.2560 

[10] Huang Y., Law J.C., Lam T.K., Leung K.S. (2020) Risks of organic UV filters: a review of environmental and human health concern studies. Sci Total Environ. Feb 10; 755(Pt 1):142486. doi: 10.1016/j.scitotenv.2020.142486. 

Ces articles pourraient vous intéresser

Crèmes solaires

Les filtres UV minéraux des crèmes solaires sont-ils moins nocifs pour les récifs coralliens ?

Les baigneurs peuvent choisir des crèmes solaires à filtres UV organiques (ou chimiques) ou à filtres UV minéraux. Ces derniers sont des particules naturelles, il…

Crèmes solaires

L’impact des filtres UV organiques des crèmes solaires sur les récifs

Les crèmes solaires contiennent beaucoup de composants, dont divers filtres UV qui peuvent être organiques (chimiques) ou inorganiques (minéraux). Les scientifiques s’intéressent de plus en…

Crèmes solaires

La croissance des récifs coralliens affectée par l’élévation du niveau de la mer

Déjà fragilisés par des atteintes locales (surpêche, pollution, développement côtier) et globales (hausse de la température des eaux de surface et acidification du milieu marin),…

Crèmes solaires

La Grande Barrière de corail – Vers l’effondrement d’un écosystème ?

Les récifs coralliens, véritables mosaïques sous-marines nous offrent un spectacle sans pareil lors de chaque plongée. Souvent comparés aux forêts tropicales pour leur diversité exceptionnelle,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Partagez