La symphonie sous-marine comme marqueur d’une bonne santé

 In Biodiversité, Biologie Marine, Conservation, Valorisation

 

La symphonie sous-marine comme marqueur d’une bonne santé : comment le son peut être utilisé pour restaurer la biodiversité dans les récifs coralliens

Ce n’est plus un mystère : les activités humaines sont à l’origine de facteurs de stress environnementaux qui affectent la biosphère et donc les récifs coralliens – la pollution  et la hausse des températures sont les exemples les plus connus de ces effets néfastes. Cependant, les chercheurs développent de nouvelles techniques créatives pour restaurer la biodiversité des récifs dans les régions touchées. 

 

L’urgence face à une biodiversité menacée 

Les écosystèmes sont régis par le principe de codépendance. Chaque individu a un rôle à jouer dans le schéma global. Les océans, et plus précisément les récifs coralliens, sont connus pour leur biodiversité riche, leurs couleurs vives et, plus étonnamment, pour la  symphonie sous-marine de cette partie du monde, comparable à une ville. Prenant part au fragile équilibre de la nature, chaque élément de cet écosystème est sensible aux variations environnementales dont les conséquences peuvent être dévastatrices. 

Dans son article de 2008, Morgan S. Pratchett et son équipe ont fait cette triste observation: « la perte du corail a le plus grand effet et le plus immédiat sur les poissons qui dépendent des coraux vivants pour leur nourriture ou pour s’abriter, et beaucoup de ces poissons peuvent faire face à un risque considérable d’extinction avec la fréquence et la gravité croissantes du blanchiment. » Coincés dans une boucle de rétroaction négative, plus les coraux sont endommagés, moins les poissons y vivent, ce qui affecte la santé des coraux et ainsi de suite. 

 

La nature insoupçonnée du son 

Face à ce problème, l’unité de Timothy Gordon a développé de nouvelles techniques pour surmonter les effets du blanchissement et de la mort du corail. Et leur approche est assez originale parce qu’ils s’intéressent à la «musique» émise par les êtres vivants. En effet, ils utilisent les propriétés du son comme un moyen de restaurer les récifs coralliens.

Le son est une onde vibratoire qui se propage dans un support, comme l’air ou l’eau. Il est composé de certaines caractéristiques telles que les harmoniques et les fréquences qui donnent son caractère unique à un signal. Et chaque état a sa propre signature vibratoire. Ces informations sont reçues de différentes manières entre les espèces ou selon les organes d’un même individu. Les poissons sont capables de détecter des signaux sur une certaine plage de fréquences selon l’espèce, comme il a été démontré dans l’enquête de Jeffrey M. Leis.

 

Le pouvoir curatif du son sur les écosystèmes

L’étude de Gordon tire parti de ces connaissances et les utilise pour restaurer la diversité des populations dans la lagune au sud-ouest de Lizard Island, une île continentale dans le nord de la Grande Barrière de Corail, d’octobre à décembre 2017. Son équipe a diffusé un son de récif « sain » comme traitement acoustique. Le résultat est assez impressionnant : « par rapport aux récifs sans haut-parleur et aux haut-parleurs factices, les récifs acoustiquement enrichis ont attiré les poissons à un rythme plus rapide dans les premiers stades de l’expérience et ont maintenu une abondance plus élevée tout au long des 40 jours. » (Figure 1)

 

 

Figure 1 : Effet de l’enrichissement acoustique sur un développement communautaire de poisson. (a) Modèle du nombre de poisson par récif au fil du temps sur la base d’enquêtes répétées; les lignes et rubans oranges et rouges se chevauchent presque complètement. (b) Données brutes sur le nombre de poissons par récif provenant des relevés effectués après 40 jours.

 

La retransmission du son de récif sain « a conduit à une abondance accrue, à la richesse des espèces et à la diversité au niveau de l’ensemble de la communauté ». (Figure 2)

 

 

Figure 2 : Effets communautaires de l’enrichissement acoustique. a) Abondance totale, b) richesse des espèces et c) diversité efficace des communautés de poissons juvéniles sur les récifs expérimentaux.

 

En d’autres termes, le rétablissement par médiation acoustique a augmenté le recrutement des communautés de poissons de récif et a contribué à la réhabilitation de la biodiversité dans ces régions.

Les résultats de ces expériences acoustiques pourraient servir de complément pour les techniques actuelles de restauration active des récifs endommagés, permettant l’accélération du retour de biodiversité. L’homme peut donc avoir un impact positif et inverser les dommages causés à la nature en utilisant certaines propriétés physiques et restaurer les écosystèmes.

 

Recent Posts