Crèmes solaires

Les filtres UV minéraux des crèmes solaires sont-ils moins nocifs pour les récifs coralliens ?

Publié par Solène Ollivier | Publié le 4 mars 2021

Les baigneurs peuvent choisir des crèmes solaires à filtres UV organiques (ou chimiques) ou à filtres UV minéraux. Ces derniers sont des particules naturelles, il s’agit soit d’oxyde de zinc (ZnO) ou de dioxyde de titane (Ti02).

Leur fonctionnement est différent des filtres UV organiques : ils ne pénètrent pas la peau, sont photostables, et protègent donc immédiatement en réfléchissant les UV par diffraction de la lumière. Ces filtres UV minéraux sont de 2 types : avec ou sans nanoparticules. Les crèmes solaires avec filtres UV minéraux ont tendance à laisser un film blanc sur la peau. L’utilisation de nanoparticules a pour but de limiter cet effet blanchissant, mais des recherches sont en cours concernant leur effet sur la santé humaine.

 

Il existe actuellement une perception du public selon laquelle les filtres UV minéraux seraient moins toxiques pour les coraux que les filtres UV organiques. Leur utilisation dans les crèmes solaires est en augmentation.

 

Cependant, une étude de 2018 faite par Corinaldesi et al. a commencé à mettre en évidence l’effet toxique de l’oxyde de zinc (ZnO). Dans cette étude, l’impact des nanoparticules de ZnO non enrobées et de deux formes modifiées de dioxyde de titane Ti02 (Eusolex®-T2000 et Optisol™) a été testé en laboratoire sur des coraux Acropora spp. La concentration testée (6.3 mg/L), correspond à la moitié du maximum de filtre UV inorganique autorisé dans les crèmes solaires aux Etats-Unis et en Europe.

 

L’ajout d’oxyde de zinc a provoqué une libération importante de zooxanthelles des tissus coralliens, avec un impact maximal après 48h d’exposition. La quantité de zooxanthelles endommagées était aussi importante, indiquant que les particules de ZnO altèrent ces algues symbiotiques. Cette libération de zooxanthelles a provoqué un blanchissement sévère et rapide des coraux.

L’exposition au ZnO a également provoqué un fort enrichissement microbien (procaryotes et virus) des eaux entourant les coraux. Des études ont montré que ce phénomène (régulation des bactéries et virus par leur libération dans le milieu via le mucus) est une réponse des coraux sujets à des stress environnementaux.

 

Concernant le dioxyde de titane, les composants Eusolex®T2000 et Optisol™ ont aussi provoqué une libération de zooxanthelles, mais n’ont pas causé de blanchissement puisque les coraux ont récupéré les microalgues. Leur impact sur ces Acropora spp. est donc limité. Contrairement à l’Eusolex®T 2000, le Optisol™ n’a pas un effet immédiat, mais seulement après 24 à 48h d’exposition.

 

En 2019, Fel et al. ont étudié l’effet de l’oxyde de zinc (ZnO) sur une autre espèce, Stylophora pistillata. L’exposition à différentes concentrations (10, 100, 1000 µg/L) a duré 35 jours. Le ZnO a altéré l’activité photosynthétique (PSII) des algues symbiotiques, à la plus faible concentration testée. Il a été observé 38% d’inhibition à 100 µg/L. L’efficacité photosynthétique du photosystème II (PSII) est considérée comme un marqueur de stress du photosystème (Jones et al, 1999). Un dommage du PSII est donc un précurseur de blanchiment.

 

Depuis 2016, l’usage de l’oxyde de zinc dans les cosmétiques est approuvé car il permet une meilleure protection UV pour la peau et remplace de plus en plus les dioxydes de titane et les autres filtres organiques.

En effet, le ZnO est présent dans certaines crèmes dites « reef safe » alors qu’il est classé comme « dangereux pour l’environnement aquatique », selon les critères du GHS (United Nations Globally Harmonized System of Classification and Labelling of Chemicals 2011).

 

Ces récentes études montrent que ces effets négatifs sur les coraux durs sont importants et que d’autres études sont nécessaires.

 

Solène Ollivier.

 

 

Pour en savoir plus :

Corinaldesi C. et al., 2018. Impact of inorganic UV filters contained in sunscreen products on tropical stony corals (Acropora spp). Science of the Total Environment 637–638 (2018) 1279–1285. 

Fel J-P. et al. 2019. Photochemical response of the scleractinian coral Stylophora pistillata to some sunscreen ingredients. Coral Reefs (2019) 38:109–122. https://doi.org/10.1007/s00338-018-01759-4

Ces articles pourraient vous intéresser

Crèmes solaires

Globalement, qu’en est-il des filtres UV et de leur impact sur les coraux ?

Dans le monde entier, les récifs coralliens sont confrontés à une dégradation due aux pressions mondiales et locales exercées par l’homme, notamment le changement climatique,…

Crèmes solaires

Les conditions océaniques du passé auraient-elles un impact sur l’évolution du squelette des coraux bâtisseurs de récifs ?

Les coraux durs et la formation de récifs La structure des récifs est construite par le squelette des coraux bâtisseurs de récifs. Ils commencent leur…

Crèmes solaires

Restauration des récifs coralliens : reproductions sexuée ou asexuée des coraux

Pourquoi restaurer les récifs coralliens ? 25% de la biodiversité marine dépend ou bien vit dans les récifs coralliens et 275 millions de personnes en…

Crèmes solaires

La mémoire écologique des coraux : une adaptation au réchauffement climatique

Les vagues de chaleurs océaniques sont de plus en plus rapprochées. Sur les deux dernières décennies, nous en comptons 4 ! Malheureusement, les années 2016…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tweetez
Partagez
Partagez